Pas sionné très tôt par le graphisme, Julio Ribera travaille en Espagne aux côtés de Pedro Alférez et conçoit ses premières ouvres sous divers pseudonymes comme Jules McSide, Bop, etc. En 1945, il collabore à Florita, une publication pour jeunes filles, et dessine la série humoristique Rosy. En 1950, il imagine Pepin y Sulfato dans Yimbo, puis Platillos volantes (soucoupes volantes) mettant en scène Perry Curtis.

En septembre 1954, il émigre en France. Il publie son premier récit en français, Pistol Jim, dans Zorro. En 1956, il fait un entrée remarquée à La Bonne Presse. Dans Bayard, il dessine le Barrage (texte de A. Petit-Duc), la série Tony Sextant (scénario de Jean Acquaviva) ou bien encore Lolo et Mandoline (avec P. Mérou), etc. Dans Bernadette (1962-1965), il réalise deux histoires à suivre (D'Angelo Roncalli à Jean XXIII et le Chant des Galaxies) et divers récits complets. Il figure par ailleurs au sommaire de Mireille, de Pierrot, d'Amis-Coop, de J2 Jeunes, de Nade-Lisette, de Vaillant, etc.


Présent à partir de 1955 dans la presse quotidienne, il illustre de nombreux feuilletons dans le Parisien Libéré et l'Aurore (les Mystères de New-York d'après Pierre Decourcelle, les Epaves dorées d'après André Armandy, le Droit de l'enfant d'après Georges Ohnet, etc.). Dès 1964, pour France-Soir, il anime Belphégor (d'après Armand et Barma), Viva Maria (d'après le film de Louis Malle) et Capitaine Tempête (d'après Richard Bessières). Il participe également aux séries les Amours célèbres, Le crime ne paie pas, etc.


A partir de 1965, il collabore à Pilote avec des récits complets et des "pages d'actualité". En 1973, il y crée Dracurella. Deux ans plus tard, s'associant avec Christian Godard, il donne naissance au Vagabond des Limbes aux éditions Hachette. En 1976, il participe à la collection "l'histoire de France en Bandes dessinées" des éditions Larousse.

En 1985, il anime chez Dargaud les deux premières Chroniques du temps de la vallée des Ghlomes, toujours scénarisées par Godard. En compagnie de ce dernier, il fonde en 1988 les éditions du Vaisseau d'Argent et dessine un an plus tard Le grand Manque (repris chez Soleil Productions en 1993). Après l'interruption du Vaisseau d'Argent en 1991, il poursuit le Vagabond des limbes chez Dargaud. Pour ce dernier éditeur, il entreprend en 1994 le Grand Scandale. Cette année-là, il réalise Je suis un monstre dans la collection Grafica des éditions Glénat.

Tout aussi à l'aise dans les styles semi-réaliste ou réaliste, Julio Ribera , prolifique et talentueux, fait partie des meilleurs illustrateurs actuels; sa série le Vagabond des limbes, avec son univers très particulier entre la science-fiction et le conte de fée, s'impose comme une des plus importantes du genre. Axle Munshine et Musky en sont les héros.

Bibliographie

.Le Vagabond des Limbes

.Retour vers Xantl

.La Reconciliation

.Le Carnaval des Animonstres

.Le Monde a L'Envers

.Le Point de Non Retour

.Le Petit Clone

.Muskie Encore et Toujours

.La Rupture

.Le Solitaire

.Treize Transgressions

.Un Certain Monsieur Ko

.Un Tramway Nomme Delire

.Les Contrebandiers du Futur

.La Martingale Celeste

.Le Depotoir des Etoiles

.Le Temps des Oracles

.La Petite Maitresse

.L'Enfant Roi d'Onirodyne

.Les Loups de Khom

 

.Le Masque de Khom

.Le Dernier Predateur

. Le Labyrinthe Virginal

.Pour Trois Graines d'Eternite

.La Guerre des Bonkes

.Quelle Realite Papa

.L'Alchimiste Supreme

.Les Demons du Temps Immobiles

.Les Charognards du Cosmos

.L'Empire des Soleils Noirs

.Axle Munshine

.Je suis un monstre

.Chronique du temps de la vallée des Gholmes

.Le Grand Scandale

.Dracurella

.Le grand manque

.....etc.....

cliquez ici pour voir en grand

Vagabond des Limbes (le)
Science Fiction

Axle Munshine brise les portes de l'interdit en décidant d'enregister ses rêves. Proscrit de l'Univers, il tombe amoureux de Chimeer, rencontrer dazns ses songes, et part à sa recherche à bort du Dauphin d'argent, invinsible vaisseau, accompagné de Musky.

Axle Munshine vagabonde à travers les limbes à bord de son vaisseau Vaisseau d'argent, en compagnie de Musky. Une image l'obsède indéfiniment : celle de Chimeer, femme de ses rêves. Et comme les rêves ont parfois leurs réalités, il sera inéluctablement confronté à celle-ci. Non sans rebondissements.